BARACK OBAMA

L'equipe d'Obama

Barack Obama a présenté lundi dans son fief de Chicago sa future équipe de sécurité nationale. Comme secrétaire d'Etat, il a choisi son ancienne rivale des primaires démocrates Hillary Rodham Clinton. Et il a gardé le républicain Robert Gates au Pentagone.

Le président-élu a assuré qu'il consulterait les commandants militaires avant de fixer un calendrier pour le retrait des troupes américaines d'Irak. Durant la campagne, il avait dit qu'il ramènerait la plupart des soldats en 16 mois, un délai qu'il juge toujours "valable".

Le Parlement irakien a approuvé jeudi dernier le pacte de sécurité avec les Etats-Unis, qui autorise les troupes américaines à rester sur place jusqu'en 2011. Cet accord, préparé par l'administration Bush, ouvre "une période de transition durant laquelle notre mission est en train de changer", a estimé Barack Obama.

Comme chef de la diplomatie, il a nommé la sénatrice de New York et ancienne Première Dame des Etats-Unis Hillary Clinton. Saluant son "intelligence" et son "éthique de travail", il l'a assurée de sa "totale confiance". La future secrétaire d'Etat "connaît nombre de dirigeants à travers le monde" et "commandera le respect dans toutes les capitales", a-t-il prédit.

"Je suis fière de vous rejoindre", lui a répondu son ancienne adversaire à l'investiture démocrate. A peine Hillary Clinton avait-elle fini de parler que son ex-président de mari publiait un communiqué. "Elle est la bonne personne pour aider à restaurer l'image de l'Amérique à l'étranger (...) en construisant un avenir pour nos enfants, avec plus de partenaires et moins d'adversaires", a écrit Bill Clinton.

Barack Obama, qui avait promis que le parti républicain serait représenté au sein de son administration, a maintenu Robert Gates à son poste de ministre de la Défense. Se disant "honoré" de servir le président-élu, M. Gates a évoqué les soldats américains engagés en Irak, en Afghanistan et ailleurs. "Je dois faire mon devoir comme ils font le leur", a-t-il déclaré.

Le général des Marines à la retraite James Jones, ancien commandant des forces alliées en Europe, a été nommé conseiller à la Sécurité nationale. Il apportera "sa double expérience d'avoir servi en uniforme et en tant que diplomate", a noté Barack Obama.

Eric Holder, numéro deux du ministère de la Justice sous Bill Clinton, est nommé numéro un de ce même ministère, c'est-à-dire Attorney general. Il devra rompre avec les scandales qui ont éclaboussé le Département de la Justice sous l'administration Bush, notamment les écoutes illégales. Il aura également pour charge de fermer Guantanamo.

La gouverneure de l'Arizona Janet Napolitano a été désignée comme secrétaire à la Sécurité intérieure.

Barack Obama a choisi Susan Rice, qui avait été sa conseillère en politique étrangère durant la campagne, comme ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU. Ce poste fera maintenant partie du Cabinet, preuve qu'il lui est accordé plus d'importance que sous l'ère Bush.

"J'ai assemblé cette équipe parce que je crois fortement aux personnalités fortes et aux opinions fortes", a expliqué le président-élu, qui prendra ses fonctions à la Maison Blanche le 20 janvier prochain. "Je crois que c'est ainsi que les meilleures décisions sont prises".

Les nominations d'Hillary Clinton, d'Eric Holder et de Janet Napolitano doivent à présent être approuvées par le Sénat.

James Jones, en tant que conseiller à la Maison Blanche, n'est pas soumis à cette formalité. Quant à Robert Gates, il avait déjà obtenu cette confirmation lorsqu'il avait été nommé par George W. Bush en remplacement de Donald Rumsfeld.

Matt Tresby

BARACK OBAMA PRESIDENT POUR LE CHANGEMENT

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×